Le flop 5 de Zlatan Ibrahimovic en Ligue des champions

Le flop 5 de Zlatan Ibrahimovic en Ligue des champions

Même en très grande forme, comme il l’est en ce moment, Zlatan Ibrahimovic est déjà passé à côté de nombreux matches importants en Ligue des champions. De la Juve à l’Inter en passant par le Barça jusqu’au PSG, voici notre flop 5.

1. Chelsea – PSG (2-2 a.p.), 11 mars 2015

Après le match nul (1-1) de l’aller au Parc des Princes, le PSG se présente à Stamford Bridge dans l’obligation de marquer pour se qualifier en quarts de finale. Pour éviter une deuxième élimination consécutive face aux Blues, les Parisiens veulent d’entrée asseoir leurs intentions, mais par excès d’engagement, sont rapidement sanctionnés. À la demi-heure de jeu, sans s’être créé la moindre occasion jusque-là, Zlatan Ibrahimovic commet une faute très évitable. Son tacle à retardement, spectaculaire mais pas dangereux, dans les pieds d’Oscar, lui vaut un carton rouge. Comme un an plus tôt, lorsqu’il avait été contraint de laisser ses partenaires pour cause de blessure, le Suédois quitte la pelouse sans avoir pesé sur les débats. Du moins, pas comme il l’espérait. Sauf que sans lui, cette fois, le club de la capitale réalisera l’un des plus grands exploits de son histoire.

2. Inter Milan – Liverpool (0-1), 11 mars 2008

Battue (0-2) au match aller, l’Inter Milan espère inverser la tendance en huitième de finale retour, à Guiseppe-Meazza face à Liverpool. Mais là encore, rien ne va se passer comme prévu pour Ibrahimovic et les siens. Longtemps, la rencontre reste indécise et l’espoir bien réel de se qualifier. Peu avant l’heure de jeu (56e), quelques instants après l’expulsion de son partenaire Nicolas Burdisso (50e), l’attaquant passe tout près de l’ouverture du score, à la suite d’un raté de Martin Skrtel, mais ne saisit pas sa chance. Seul, un peu plus tard (78e), il manquera une nouvelle occasion énorme, en ne trouvant pas le cadre. Entre temps, les Reds ont marqué par Fernando Torres (64e) et confirmé leur avantage. À dix minutes du terme (80e), Zlatan est remplacé par David Suazo. Sans avoir su se montrer décisif.

3. FC Barcelone – Inter Milan (1-0), 28 avril 2010

Tenant du titre, le Barça ne s’imagine pas un instant éliminé par l’Inter Milan, même après sa défaite en Italie en demi-finale aller (1-3). Au retour, dans un Camp Nou bouillant, les Catalans confisquent le ballon mais butent systématiquement sur le bloc compact intériste. Après l’expulsion de Thiago Motta (28e), José Mourinho n’hésite pas à réorganiser son équipe en demandant à Samuel Eto’o d’évoluer arrière-droit. Malgré un but tardif de Gérard Piqué (84e), le club catalan sort tête basse de la compétition. Remplacé comme à l’aller, peu après l’heure de jeu par Bojan Krkic, Ibrahimovic n’inquiète pas une seule fois Julio César, pas même sur les deux coups francs (17e et 44e) qu’il tire. Nerveux, il commet beaucoup de fautes et se fait souvent prendre au piège du hors-jeu. Cet échec est à l’image de son unique saison passée au Barça : frustrante.

4. FC Barcelone – PSG (2-0), 21 avril 2015Absent lors du match aller perdu à Paris (1-3),

Absent lors du match aller perdu à Paris (1-3), Ibrahimovic se sait attendu au Camp Nou, où son équipe n’avait pas démérité deux ans plus tôt, malgré son élimination. La donne sera cette fois totalement différente. Très vite menés au score (14e), les champions de France n’ont pas l’occasion de s’exprimer, à l’image de leur buteur vedette, qui touche très peu de ballons, décroche systématiquement mais manque ensuite de présence dans la surface adverse. Le scénario tourne rapidement à l’avantage du Barça, sûr de sa supériorité après le doublé de Neymar (34e). À l’instar de ses coéquipiers, Ibrahimovic n’est pas dans un grand soir. En fin de match (73e), il oublie même Javier Pastore, en meilleure position, pour privilégier une frappe sans danger, repoussée par Ter Stegen. Sa seule occasion.

5. Arsenal – Juventus (2-0), 28 mars 2006

Malgré une domination outrancière cette saison-là en Serie A, la Juventus de Fabio Capello trouve plus forte qu’elle en quarts de finale de la C1. Plus matures et plus réalistes, les joueurs d’Arsenal s’imposent sans forcer à Highbury (2-0), au match aller, avant de valider leur qualification au retour (0-0). Une rencontre au cours de laquelle Ibrahimovic, associé à David Trezeguet en attaque, ne se montre quasiment jamais dangereux, à l’exception de deux coups francs (8e et 65e), non cadrés. Dominé dans l’impact physique par Kolo Touré et Philippe Senderos, le Suédois regarde impuissant Cesc Fabregas (40e) et Thierry Henry (69e) marquer les deux buts des Gunners.

Categories: Football

About Author

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*