Guide du Bitcoin pour les débutants

Guide du Bitcoin pour les débutants

On discute beaucoup pour savoir si le bitcoin est une monnaie réelle. Les critiques de bitcoin expliquent leur position disant que les bitcoins ne sont pas assurés par les fonds et, par conséquent, le bitcoin n’est pas une monnaie, ou au moins il ne peut pas fonctionner comme la monnaie réelle. Ceux qui sont pour le bitcoin, répondent aux critiques que le dollar n’est pas assuré par rien, et c’est pourquoi il ne possède pas non plus de valeur intrinsèque et pourtant il fonctionne raisonnablement bien en tant que la devise. Est-ce que le dollar est voué à un échec total ?

Certains critiques du bitcoin affirment que le dollar va échouer de la même manière que le bitcoin (puisque d’après eux, la monnaie qui n’a pas de valeur intrinsèque, ne peut pas exister pendant longtemps).

Les autres qui sont contre le bitcoin, disent que le dollar est soutenu par le gouvernement et peut donc être utilisé (par exemple, pour payer les taxes gouvernementales). Ils insistent sur le fait que le statut de dollar en tant que la « monnaie légale » est une alternative digne de valeur intrinsèque. En fait, grâce à ce statut, fiat lui-même génère son coût. Certains critiques disent que le dollar est assuré par la dette gouvernementale, car il représente le droit aux biens et services, et par conséquent, comme on a mentionné déjà, il a la valeur intrinsèque.

Cependant, les débats sur le bitcoin se déroulent de la manière décrite ci-dessus et comme c’est si souvent le cas, ni les critiques ni ceux qui sont en faveur de bitcoin n’arrivent pas à trouver la vérité. Car, comme nous le verrons, le bitcoin a la valeur intrinsèque.

Les sources de la valeur intrinsèque  

Quand les gens discutent si un certain objet posséde de valeur intrinsèque, d’habitude, dans le sens commun ils discutent à savoir si cet objet a la valeur séparées et differentes de son prix en dollar. La valeur en dollar c’est la réflexion de rapport entre l’offre et la demande, et elle peut varier dépendant des caprices des masses (par exemple les tendances populaires, les bulles, la mode, la crise de la société et la chute de la demande).

Les objets, qui ont la valeur intrinsèque, sont en quantité limitée et ils sont utiles pour certains besoins humains. Par exemple, les marteaux sont extrêmement pratiques pour clouer des panneaux et pour la construction des huttes (les marteaux comme un moyen pour survivre). Si à cause de loi de la nature ou à cause des autres raisons le nombre des marteaux était limité (et les canons pneumatiques n’étaient pas disponibles), les marteaux posséderaient de valeur intrinsèque essentielle, c’est-à-dire les gens seraient prêts à payer grande somme d’argent (quel que soit la mode, la marque et les intérêts), pour de bonnes raisons.

Maintenant voyons l’exemple des jouets Beanie Barbies, qui ont peu de « valeur intrinsèque », cependant leur prix réel à un moment donné a été assez haut juste parce que l’offre cédait à la demande.

Beaucoup de gens voulaient les acheter, mais leur quantité était limitée. Et c’est pourquoi, pendant une certaine période leur prix est monté en flèche. Mais contrairement aux marteaux, les gens voulaient acheter Beanie Babies non parce que les jouets sont particulièrement utiles, mais parce que : (1) ils donnent les émotions positives, (2) les autres voulaient aussi avoir Beanie Babies (c’est-à-dire ils étaient à la mode). Mais, on ne peut pas manger les Beanie Babies. On ne peut pas les utiliser pour la construction des huttes. Peut-être, si vous aviez eu la quantité suffisante des jouets, avec leur aide vous auriez pu se réchauffer, mais il y a des alternatives plus confortables et moins chères pour se réchauffer. Bref, à la différence de marteau, les Beanie Babies n’ont pas de l’utilité inhérente.

Les exemples susmentionnés nous enseignent que tant qu’un objet est utile, important et limité en quantité conformément aux lois de l’offre et de la demande, il aura une certaine valeur minimale.

Si une certaine chose est extrêmement utile pour la plupart de consommateurs et elle est limitée en quantité, alors son coût minimal (la valeur inhérente) sera élevé. Si un objet n’est utile qu’à quelques personnes et l’offre excède la demande, alors son coût minimal sera bas. Même si quelque chose est utile pour tout le monde (comme l’aire, par exemple) et l’objet est répandu, le coût sera trop bas. En un mot, l’utilité et la quantité des biens et des sévices forment ensemble la valeur minimale. Le bien plus pratique et plus limité en quantité dans le marché a la valeur inhérente plus augmentée. Les biens et les services avec le prix plancher ont tendance à être assez volatils, même s’ils sont vendus à grande échelle, car le prix dépende de l’humeur des masses, qui change toujours.

Les questions traitées dans cet article seront les suivantes : Le bitcoin, ressemble-t-il davantage à un marteau ou à Beanie Baby ? A-t-il la valeur intrinsèque ? Si oui, pourrait-il remplacer l’argent réel ?

Je tâcherai de prouver que le bitcoin est probablement une des inventions les plus signifiantes du siècle. Le bitcoin a un grand potentiel pour casser les clichés des modèles du commerce mondial et non parce que c’est un nouveau type d’argent. Si le bitcoin réussi à perturber modèles des affaires archaïques, il est plus probable que sa négociabilité et les autres traits uniques permettront de remplacer les fonctions des monnaies nationales à l’échelle internationale.

Bitcoin a la valeur intrinsèque

Pour mieux comprendre, il faut faire une analogie.

Imaginons que je suis le créateur d’un objet unique : un colis réutilisable et magique. Imaginons maintenant que ces colis magiques limités permettent de transférer anonymement et immédiatement les biens à n’importe qui dans le monde (peu importe où se trouve le destinataire, même si l’expéditeur ne sait pas le nom et l’emplacement exacte de destinataire – il va recevoir le colis), c’est absolument sûr et sécurisé (personne ne pourra intercepter le colis au cours de ce processus). Il est à noter que telle livraison ne coûte pratiquement rien.

Autrement dit, les colis magiques que j’ai inventé sont : limités (l’offre est limitée), durables (ils ne se dégradent pas et peuvent être réutilisés), absolument sûrs (aucun retour, l’adresse de livraison n’est pas demandée et l’anonymat de l’expéditeur est préservé, si désiré), pratiquement impossibles à contrefaire ou reproduire.

Imaginons aussi que les colis sont des tailles différentes, de sorte que l’expéditeur peut choisir le conteneur de transport standard et de la taille du grain de sable.

Une invention assez utile, n’est-ce pas ? Est-ce que tels conteneurs ont de l’utilité inhérente et de valeure ? Bien sûr. Ils sont à la fois très pratiques et limités.

En fait, si tels conteneurs existaient, tout le monde commencerait à les utiliser immédiatement. Et les services de livraison disparaîtront en un instant. Les navires de mer, les péniches et même les grands routiers deviendraient inutiles. Des milliards et des milliards de dollars actuellement dépensés en transport pourraient être utilisés pour d’autres buts nobles, n’est-ce pas ?

Est-ce que c’est un succès ?   

Non, pas vraiment. Bientôt vous allez vous pérsuader que ces conteneurs magiques ont des pièges qui gênent leur diffusion en masse et retiennent leur valeur initial.

Tout d’abord, l’utilisation de ces colis demande un peu de compétence. Afin que l’éxpediteur puisse envoyer les colis magiques, il doit passer cinq heures pour apprendre certains sorts magiques. Afin d’ouvrir les colis, le déstinataire devra aussi passer cinq heures pour mémoriser les sorts magiques de l’expéditeur. Si l’expéditeur et le déstinataire n’ont pas appris les sorts magiques, alors ils ne pourront pas utiliser les conteneurs pour l’envoi et la réception des colis.

Ensuite, il ne faut pas oublier que tels colis sont disponibles en nombre limité. A tout début, il y avaient très peu de colis. Mais Michel et Manon ne sont pas disposés à passer dix heures pour apprendre comment les utiliser jusqu’à ce que… quelqu’un d’eux reçoit ou utilise ce colis. Cela prendra peut-être un certain temps.

C’est pourquoi, même l’adoption de la technologie révolutionnaire comme le colis magique, prévoit un peu plus de temps que l’on pourrait imaginer, mais puis on rattrape le temps rapidement grâce à la croissance exponentielle. Pour illustrer pourquoi c’est comme ça, on vous donnera encore un autre exemple précis.

Une étude de cas

Après avoir créé deux premiers colis (à peu près plus de 21 millions de colis sont à venir), j’ai (leur inventeur) décidé d’envoyer un colis avec iPhone et 100$ en espèces à mon ami Pierre (sans savoir que maintenant, il est en vacances à Paris).

Dans l’autre colis j’ai décidé d’envoyer une lettre de remerciement et une carte cadeau de Starbucks, avec la valeur de 5$ à mon amie Louisa, qui habite dans la petite ville voisine.

Ayant appris les sorts magiques de l’expéditeur, je mets l’iPhone et 100$ dans un conteneur magique, et la lettre de remerciement et la carte cadeau dans l’autre – et j’attends. Pendant 10 minutes les deux colis arrivent jusqu’aux destinateurs (où qu’ils soient) avec une fiabilité de 100%, et pratiquement gratuitement pour moi et pour les destinataires. Comme les colis sont magiques, ni le voleur, ni le voisin, ni les douanes du gouvernement, ni l’agent du revenu ne pourront pas les retenir, ouvrir et modifier le contenu au cours de l’envoi (personne même peut se rendre compte qui les a envoyés). Si les amis investissent cinq heures nécessaires pour apprendre les sorts afin d’ouvrir les colis (avec mon aide bien sûr), ils recevront des surprises agréables.

Et alors, quel des objets envoyés est le plus précieux ? Toute personne qui peut prévoir les évènements dira que ce sont …les containeurs réutilisables. Après tout, quand il y aura une quantité suffisante de tels conteneurs et beaucoup du monde saura comment il faut les utiliser, la plupart des gens comprendront l’opportunité d’envoyer les colis partout dans le monde par le moyen expliqué plus haut, a une certaine valeur, n’est-ce pas ? Peut-être beaucoup plus de la valeur de 100$ et de l’iPhone qui ont été envoyé à Pierre.

Mais pour l’instant, le marché des colis magiques n’est pas suffisamment vaste. En ce moment, moi (l’inventeur), Pierre et Louisa sont les seuls à savoir comment les utiliser (supposons que Pierre et Louisa ont appris à les utiliser). Imaginons que Pierre a placé son colis sur eBay avec le prix très haut. Qu’en pensez-vous, pourrait-il les vendre pour mille ou des millions des dollars ? Probablement, à cet instant, non. La plupart des gens n’ont jamais entendu parler des conteneurs, et ceux qui ont entendu, ils ne croient pas en leur potentiel.

C’est pourquoi, si nous ne mettons en circulation ces colis et si nous n’enseignons pas comment les utiliser, leur valeur potentielle en tant que livraison des colis uniques …restera juste un potentiel.

La demande et le prix en dollar augmenteront seulement dans le cas si la plupart des gens croient en trait magique des colis et commencent à les utiliser.

Heureusement pour nous, l’effet de réseau sera utile seulement pour ce type des containeurs. Chaque nouvel utilisateur, qui apprend l’usage des colis, augmente la valeur du réseau de façon exponentielle, et ainsi cela incite les autres utilisateurs à maîtriser les principes de fonctionnement du système. Par exemple, maintenant je peux envoyer les colis seulement à Pierre et à Louisa. Pierre peut envoyer les colis à moi et à Louisa. Et Louisa peut envoyer à moi et à Pierre. Ainsi, il y a seulement 6 combinaisons possibles. Mais si on prend le temps d’éduquer la quatrième personne, après l’incorporation d’un seul utilisateur, chacun pourra envoyer les colis à trois personnes différentes dans le groupe, cela représente 12 combinaisons possibles. On a ajouté un utilisateur et le nombre des envois possibles double de 6 à 12. Ce n’est pas mal pour la valeur ajoutée.

Présumons que Pierre met en vente le colis sur eBay. Le prix le plus haut qu’on lui propose c’est 20$ à condition que Pierre donne toutes les instructions de l’usage nécessaires. Bien sûr, ce n’est pas une somme si grande, mais c’est plus de 20$. Dans le cas s’il avait laissé le colis pour lui-même, il n’aurait rien gagné. Maintenant il peut enseigner à une autre personne la technologie nouvelle et cela amènera à la croissance de l’utilité et du prix des colis à long terme.

Précieux, parce qu’ils sont utiles

Il est important de mentionner ici que peu importe si la valeur des conteneurs est faible dans les marchés ouverts en ce moment, car à part de la valeur, les conteneurs ont la valeur intrinsèque comme les véhicules de la transportation pour un nombre croissant des utilisateurs qui connaissent les principes de l’usage.

Ils sont utiles non seulement parce qu’ils ont de la valeur monétaire (du moins pas encore). Voilà la distinction cruciale entre les biens et les services et l’argent, dont on reviendra à maintes reprises dans cet article. Les biens et les services ont le prix plancher (la valeur intrinsèque), parce qu’ils sont pratiques (c’est-à-dire ils ont leurs propres utilités). La valeur de la monnaie principalement de la monnaie fiat – est tout simplement une formalité, qui peut être changée avec les biens et les services qui ont la valeur inhérente. La monnaie fiat elle-même n’a pas de l’utilité inhérente.

Autrement dit, les biens et les services sont précieux parce qu’ils sont utiles, mais la monnaie fiat a la valeur seulement grâce à convention publique (pour le moment).

Revenons maintenant à l’histoire.

Heureusement, grâce à ce que moi, Pierre, Louisa et certains acheteurs ultérieurs n’ont pas essayé de garder les colis, de plus en plus de gens ont appris à utiliser les sorts magiques de l’expéditeur et de destinataire. Et maintenant, imaginons que dans le but de stimuler la croissance des utilisateurs et l’adoption des colis dans le monde, j’ai (le créateur des colis magiques) décidé que tous les millions des conteneurs que je vais créer seront distribués par tirage parmi ceux qui ont mis leurs efforts en apprentissage des sorts magiques et ainsi ils pourront bénéficier de l’utilisation des colis.

Avec tels facteurs avantageux, comme la hausse du prix et la loterie, la croissance exponentielle de la base des utilisateurs s’accélère et la valeur des colis augmente (grâce aux effets de réseau).  Cependant, l’adoption à grande échelle prendra encore un certain temps. Comme l’augmentation exponentielle a commencé par la petite base (un inventeur), cette société est longtemps invisible.

Pour comprendre ce processus plus en détails, supposons que grâce à l’utilité de méthode de l’envoi, le nombre de personnes prenant le temps pour apprendre les sorts magiques quadruple en moyenne chaque trimestre. Ayant commencé par une personne (l’inventeur des colis magiques), pendant deux ans à partir de la création des colis, le nombre de personnes qui savent comment utiliser les conteneurs augmentera seulement jusqu’à 65,500 (après huit quadruplements). Mais après un an, le nombre des utilisateurs informé arrivera jusqu’à 17 millions (après quatre quadruplements) et encore un an plus tard plus de la moitié de la population du monde aura les connaissances de base dans le domaine des envois magiques !

Et, enfin, six mois plus tard, le monde entier saura comment envoyer et recevoir les conteneurs magiques. Ainsi, à partir de cet exemple, il faut deux ans pour que le nombre des utilisateurs augmente jusqu’à 65,500. Cependant, après un peu plus de deux ans la base des utilisateurs va inclure le monde entier. Voilà les capacités cachées de la croissance exponentielle et de l’effet de réseau.

Avance rapide – impossible mettre fin à la magie

Arrêtons un instant et essayons d’imaginer à quoi va ressembler ce réseau avec 65,500 utilisateurs. A ce stade de l’élaboration des colis, le prix sera substantiellement augmenté, car 65,500 de personnes veulent avoir les colis dont l’offre est limitée. De plus en plus de gens sont intéressés à maîtriser les sorts magiques.

Cependant la plupart des utilisateurs n’ont pas besoin des colis magiques. Prenant en compte que les colis peuvent avoir la valeur monétaire significative pour les autres utilisateurs, on commencera à les vendre (sur eBay pour le moment). En fait, les colis, qui n’ont pas de valeur pour certaines personnes, peuvent être vendus vides (c’est-à-dire sans les biens dedans) à ceux qui ont plus besoin des colis. Par exemple, ces colis magiques auront plus de valeur pour UPS et Amazon, que pour moi. Si jamais j’avais reçu un des colis, je l’aurai vendu sans doute à un autre service de livraison au lieu de l’utiliser pour mes propres besoins. Enfin, les petites bourses d’échange en ligne sont plus susceptibles à développer pour faciliter l’achat et la vente de ces colis (en n’importe quelle monnaie) pour les utilisateurs bien informés. Les colis sont donc vendus en ligne comme les autres biens, services et monnaies. Ces échanges vont fonctionner comme les mécanismes de détermination du prix qui servent à accroître la valeur totale des colis. La valeur croissante encourage à plus grand nombre des personnes à investir le temps dans l’apprentissage de l’usage des colis.

Marché mondial

Il est à remarquer que le marché est mondial grâce à la vente en ligne et l’envoi immédiat des colis partout dans le monde de la manière gratuite. Cela a une grande signification pour des différentes raisons. D’abord cela entraine le prix uniforme international et le prix de colis sera le même en Russie et en Argentine. Les colis auront le même prix où que ce soit dans le monde.

Ensuite, comme les colis sont sur le marché mondial et ils peuvent être transférés presque instantanément de telle manière que le gouvernement ne peut pas empêcher et tous les efforts de régulation sont pratiquement voués à l’échec. Même si les compagnies de l’expédition traditionnelles (les propriétaires et les exploiteurs des barges, les entreprises de camionnage, etc.) font pression sur les politiciens pour qu’ils interdisent ou introduisent les réglementations concernant l’envoi des colis magiques sous le prétexte que les colis peuvent être utilisés dans les buts criminels pour la transportation des drogues et des marchandises de contrebande. L’utilité extraordinaire des colis partout dans le monde garantit leur survie et croissance. Tout gouvernement qui interdit la technologie va presque certainement échouer dans ces efforts (surtout, si on prend en considération la nature anti-fragile des colis). Et dans le cas des sanctions pour des raisons inconnues, le gouvernement affrontera le reflux massif du capital dans les pays plus amicaux. Le capital est mobile, surtout si on parle de colis magiques.

La déclinaison de la volatilité

Comme le marché devient de plus en plus mondiale et liquide, et le niveau de la confiance de l’impuissance de ceux qui veulent interdire ou bien limiter l’efficacité de l’envoi des colis magiques augmente, le prix des conteneurs, qui a été assez volatile, commence à se stabiliser progressivement. Les prix sont encore volatils (puisque le marché limité à seulement un millier des utilisateurs est toujours assez étroit), mais en majeur partie, cette volatilité amène à la croissance. La réduction de la volatilité entraîne la hausse des prix, et c’est ce qu’attire à son tour encore plus d’attention.

Ce n’est pas encore de l’argent          

Il est important de noter qu’à ce stade de (r)évolution des colis magiques, leur prix est encore principalement décidé par la fonction de l’utilité. Ils sont précieux parce qu’ils sont utiles (comme un moyen de l’envoi). Ils ne sont pas particulièrement utiles (pour le moment) parce qu’ils sont précieux (comme l’argent). Mais cela changera.

Seconde vague

Peut-être après un an, quand le nombre des utilisateurs s’approchera à 16 millions, les gens et les compagnies (ou même les pays) qui autrefois ont refusé cette technologie, peu à peu vont rendre compte qu’ils sont désavantagés sur le plan de la concurrence. Ainsi, ceux qui ont été contre dans le passé, par exemple, ceux qui contestaient possible utilisation illégal de ces conteneurs, ils seront pour la technologie contribuant à la croissance exponentielle de la base d’utilisateurs. Plus la demande augmente, plus l’offre accroît.

Réserve de valeur  

A ce stade, il est important de noter que les colis commencent à agir en tant que « la réserve de valeur », c’est une des caractéristiques primaires de « l’argent ». Cependant, le prix peut toujours être volatile (comme le marché n’est pas encore vaste et la technologie n’est pas suffisamment compris). Peut-être aussi volatile que les actions à quelques sous, la tendance de mouvements de prix indique évidemment la croissance.

Spéculation du marché

Certaines personnes commencent à spéculer sur les colis et cela envoie un signale de prix plus élevé, les rendant ainsi plus attrayants en tant que la réserve de valeur.

Le moyen d’échange

Dès que le nombre des utilisateurs augmente encore quatre fois, les colis ressembleront de plus en plus à l’argent. Les compagnies qui profitent de l’accès aux colis, surtout celles qui expédient des grandes quantités de marchandises (par exemple Amazon) ou UPS, commencent à chercher des moyens supplémentaires d’obtenir les colis (à part de l’achat sur le marché ouvert qui devient plus cher). Certaines entreprises sont disposées à payer encore plus, si les fournisseurs s’engagent à envoyer la marchandise dans les colis magiques et réutilisables. Les compagnies pourraient même offrir des rabais aux clients qui choisissent les colis magiques pour la livraison de l’achat.

Et un beau jour, lors de l’échange, les compagnies seront prêtes à vendre les marchandises et les services pour les colis sans aucune monnaie réelle. Les colis ne seront plus une option supplémentaire lors du processus de l’achat, et les conteneurs eux-mêmes deviendront l’objet de l’affaire.

Enfin, la demande croissante des colis amènera à ce que les compagnies offriront de plus en plus des biens et des services en échange pour les conteneurs incroyablement précieux. Grâce aux ces surenchères, le prix des colis, mesuré en biens et services, continue d’augmenter. Certains fournisseurs des services, même les services du travail, peuvent commencer par offrir les rabais dans le cas si le paiement est effectué en bitcoin.

Fin au vol  

Les colis, qui possèdent déjà de valeur, deviennent la cible des vols. Pour éviter ces problèmes, les utilisateurs vont ajouter ces propres mots (le mot de passe) aux sorts magiques qui sont nécessaires pour envoyer et recevoir les colis. Ainsi, sans savoir les sorts magiques de l’expéditeur et de destinataire, et sans savoir le mot de passe lié au conteneur, le colis sera inutile pour tout le monde sauf son propriétaire.

Les prochains propriétaires devront payer pour le privilège de changer le mot de passe de colis. Ce progrès dans la sécurité rend les conteneurs encore plus sûrs et utiles dans le domaine du commerce. Et cela, à son tour,  ….. oui vous avez devinez… augmente leur prix.

Il y a un an ou deux, un gros colis a été suffisant pour l’échanger avec quelques grandes pizzas. Maintenant, lors de l’échange avec un colis il est possible de recevoir un smartphone ou bien de payer la facture de votre avocat, qui a préparé le testament. Dans quelques mois, un gros colis suffira pour acheter un ordinateur ou bien à payer à votre comptable pour la préparation de la déclaration d’entreprise. Et peut-être un an plus tard, pour un colis on pourra acheter une voiture.

Les entreprises arrêtent de vendre   

Imaginons qu’en ce moment la plupart des compagnies acceptent les conteneurs en tant que le moyen de paiement et elles tâchent de convertir les colis en monnaie locale le plus vite possible pour éviter de s’exposer au risque de change. Après tout, les entreprises doivent utiliser une portion considérable de leurs revenus pour acheter l’inventaire, payer leurs employés, etc… Et, historiquement, la plupart de leurs fournisseurs et presque tous les employés demandent les paiements en dollars plutôt qu’en colis. La vente régulière des colis en dollars dans le marché ouvert par les compagnies, qui les reçoivent lors du processus de la vente, joue le rôle de l’amortisseur des prix croissant des colis. Le prix de conteneurs augmente vite, mais pas aussi vite comme il le pourrait, s’il n’y avait pas autant de vendeurs.

Bientôt la moitié du monde saura qu’est-ce que représentent les colis, et en ce moment-là, le point de bascule sera atteint. Grand nombre des fournisseurs, des détaillants et même des employés voudront bien accepter les paiements pour leurs biens et services en colis au lieu de la monnaie fiat. Il y aura peut-être aussi ceux qui peuvent exiger les paiements en colis.

Ainsi, on peut également payer en colis et il y a peu de raisons pour payer trop, découvrir les données personnelles et s’inquiéter en convertissant le colis en monnaie fiat et à l’inverse (juste pour payer les taxes, parce que le plus probable est que la monnaie fiat est exigée pour effectuer ce paiement).

Alors, en cette période cruciale, les colis prennent de plus en plus les traits d’un « moyen d’échange », la deuxième des trois principales caractéristiques de l’argent. Souvent, les gens vendent les colis vides de gros et de détail, ils les échangent avec les biens et les services. Même ceux qui n’utilisaient pas les containeurs comme un moyen de l’envoi, maintenant cherchent à les obtenir parce qu’ils sont pratiques à utiliser en matière de commerce, surtout dans le commerce international.

Unité de compte       

Puisque la technologie continue à se développer, peut-être quelques mois plus tard les colis seront connus dans le monde entier, tout d’abord les prix de biens et de services seront calculés en colis et ensuite en monnaie fiat. Par exemple, le prix d’une nouvelle voiture peut couter 25,000$ ou bien un gros colis magique.

La double tarification continuera probablement pendant quelque temps encore. Mais peut-être après une décennie ou deux, la plupart des gens et des entreprises cesseront la tarification au niveau de la monnaie fiat. (En fait, à ce moment, le plus probable est que la monnaie fiat n’aura pas de la valeur, car maintenant on préfère les colis qui sont plus portables, plus sûrs et plus privés). La monnaie fiat ne vaut pas la peine (la monnaie fiat est nécessaire seulement pour payer les taxes car, pour le moment, le gouvernement n’accepte pas les paiements en colis).

A ce stade final de (r)évolution des colis magiques, ils ont acquis le dernier trait de « l’argent ». Maintenant ils servent « d’unité de compte » pour fixer le prix des autres biens et services.

L’influence des banques tombe     

Comme les conteneurs circulent maintenant sans conversion (même anonymement) entre les parties via les échanges mondiaux en ligne et puisqu’ils peuvent être sécurisés par les mots de passe, qui rendent les conteneurs inutilisables pour tous sauf le propriétaire légitime, les gens ont de moins en moins besoin de comptes bancaires. Les intermédiaires financiers, qui au cours de l’époque ont gagné de sommes énormes d’argent en tant que les gardiens et les auteurs du transfert de l’argent d’un grand nombre des utilisateurs, jouent le rôle décroissant dans le commerce.

Les banques, qui existent toujours, acceptent les dépôts en colis et permettent aux utilisateurs d’effectuer la cession de droits des conteneurs avec l’aide du système bancaire (de la même manière, comme on effectue maintenant la cession de droit des comptes en monnaies). Un pourcentage des colis très significatif n’est jamais utilisé pour l’envoi, ces colis restent enfermés dans les coffres des banques. Les gens qui vendent et échangent les droits aux colis, de la même manière comme aujourd’hui, signent les chèques. Même les comptes bancaires sont souvent libellés en colis plutôt qu’en dollars.

Un bref résumé      

Au départ, les colis ont eu de la valeur dans le commerce parce qu’ils ont été utiles à des fins particulières (expédition), et ils sont encore utiles pour les mêmes objectifs. La connaissance des principes de fonctionnement des colis, leur négociabilité, commodité d’emploi, l’indépendance et les autres traits uniques ont permis d’obtenir les attributs de l’argent.

Les traits utiles des colis ont assuré le statut de « réserve de valeur ». Puis, peu à peu, ils se sont transformés en « moyen d’échange ». Et finalement, ils ont commencé à fonctionner comme « l’unité de compte ». Ceux qui n’ont pas besoin des propriétés spécifiques des colis magiques, ils acceptent quand même les paiements en colis, car ils sont sûrs que les autres vont les accepter facilement. Ce qu’autrefois avait la valeur seulement pour certaines personnes parce que c’était utile, maintenant c’est utile pour beaucoup de personnes, car c’est précieux pour beaucoup de personnes. Ce qu’était autrefois le bien ou le service, maintenant est devenu l’argent.

Bitcoin – c’est le colis magique     

Alors, quelle est la différence entre le bitcoin et les colis magiques ? A vrais dire, il n’y a pas grande différence. Seulement une chose : les bitcoins ne peuvent pas être utilisé pour l’expédition des objets « réels ». Cependant, on peut les utiliser pour transférer les objets virtuels, c’est-à-dire l’information.

Peut-être, à première vue cette contradiction vous semblera comme un grand désavantage de bitcoin, néanmoins, sa valeur intrinsèque n’est pas influencée par cela grâce à trois raisons :

Les phénomènes et les objets matériels sont de plus en plus numérisés en blocs d’information. Regardons qu’est-ce que s’est passé, par exemple, avec la musique, les livres, les documents du bureau et les vidéos au cours de la dernière décennie. Réfléchissez combien des changements ont subi les argents au cours des vingt dernières années (après tout, pensez combien de fois nous utilisons l’argent en espèces à nos jours ?). Avec l’avènement de l’impression 3D, même les objets matériels seront numérisés et envoyés via le réseau virtuel dans le monde entier. La frontière entre les choses virtuelles et les choses matérielles disparaît peu à peu.

Ensuite, à la différence de bitcoin, les colis magiques sont limités en leur fonctionnement à cause de leurs gabarits réels qui rendent difficile leur circulation en tant que l’argent. Le principal désavantage des colis magiques c’est le fait d’être « réel ». Pouvez-vous imaginez comment vous traînez 20 colis au supermarché, pour acheter les produits ? Avec les bitcoins, il n’y aura pas tel problème, parce que vous pouvez avoir un nombre infini des bitcoins avec vous sur votre smartphone.

Finalement, les colis réels ne sont pas divisibles et cela empêche de servir d’unité de compte qui est caractérisé par une gradation de la valeur. En revanche, les bitcoins sont actuellement divisibles par huitième décimale.

Nous pouvons déjà transférer l’information partout dans le monde

Est-ce que nous ne pouvons pas envoyer et recevoir l’information et l’argent de n’importe quel point du monde avec l’aide d’Internet, de courrier électronique, des messages de texte, des virements bancaires, déjà aujourd’hui ? Oui, nous pouvons. Mais cela ne sera pas instantanément, anonymement, en toute sécurité et extrêmement fiable. Cela ne sera pas d’une façon qui garantit la protection contre les contrefaçons, les répliques et les interventions extérieures qui peut contrôler n’importe quel utilisateur et ainsi s’assurer de l’intégrité du système presque gratuitement.

Comme nous le verrons, le bitcoin (et autres crypto-monnaies) offre ces caractéristiques particulières et uniques.

Comment ?

Alors, comment le bitcoin réalise toutes ses fonctions ? L’explication est assez complexe, mais heureusement, il est plus facile d’expliquer le côté pratique de ce processus (si vous pouvez pardonner mon libre usage des analogies simplifiées).

Le système de bitcoin – c’est tout simplement un registre réparti, qui est sécurisé cryptographiquement – le registre d’information précis et chronologique qui existe presque simultanément sur milliers, sinon de millions des ordinateurs dans le monde entier. Chaque ordinateur, qui exécute le logiciel de bitcoin, devient la partie du réseau peer-to-peer et garde la version indépendante et renouvelée de tous les enregistrements dans le registre. Ce registre s’appelle « la chaîne de blocs ». Les ordinateurs dans le réseau communiquent directement (peer-to-peer) sans le réseau central. Actuellement, le réseau de bitcoin est le réseau informatique le plus puissant du monde de loin. Mais, pas tout le monde est autorisé à utiliser le réseau pour entrer dans le registre de la chaîne de blocs de bitcoin. Seulement ceux qui ont le pouvoir de signature peuvent ajouter l’information ou les transactions au registre commun.

Ils peuvent le faire en versant l’information sur le logiciel de bitcoin dans l’ordinateur de l’utilisateur ou dans un autre ordinateur. Ensuite, cet ordinateur informe les autres ordinateurs connectés dans le système sur la dernière transaction autorisée, et eux aussi avisent les autres, jusqu’à ce que chaque ordinateur attaché au réseau dispose de message concernant la dernière transaction dans la chaîne de blocs.

Les transactions sont autorisées par le réseau via les calculs mathématiques complexes. Les gens, qui pourraient confirmer ou rejeter les transactions, ne sont pas impliqués dans le réseau. C’est seulement les mathématiques.

Peu importe, si un des ordinateurs dans le réseau est déconnecté, est en panne, est confisqué ou volé. Les autres continuent leur travail. Dès que l’ordinateur étendu rejoint au travail (s’il rejoint), il reçoit la copie de registre actualisée des autres ordinateurs, qui ont continué le travail en son absence.

Qui peut utiliser le bitcoin ?

Alors, qui a « le pouvoir de signer » afin de faire les changements du registre ? La réponse est : toute personne qui a obtenu la possession et le contrôle des outils spéciaux pour écrire en quantité limitée (appelés « Satochi »). L’ensemble de centaines de millions de satoshis sont appelés par « bitcoin ». Ainsi donc, chaque bitcoin, qu’on peut utiliser ou vendre en tout ou en partie, permet au détenteur d’effectuer 100 millions des transactions dans la chaîne de blocs.

Pour des raisons de commodité et pour d’autres raisons, le pouvoir de signer est vendu et acheté en unité de 100 millions de dollars. Au moment de la rédaction du présent article, 1 bitcoin ou bien le pouvoir de signer 100 millions de transactions dans le registre réparti, se vend actuellement en ligne, sur les échanges mondiaux pour environ 800$.

Il y a actuellement environ 11 millions de bitcoins et le système permet de créer encore plus à un taux prédéterminé jusqu’à ce qu’on arrive à la barre de 21 millions. Selon les calculs mathématiques complexes, après les 21 millions, le système cessera de générer et d’accepter les nouveaux bitcoins. En d’autres termes, il y a et il y aura toujours quantité fixe de bitcoins.

Chaque bitcoin (ou une fraction comme, par exemple, satoshi), est en réalité un petit morceau de code informatique avec les propriétés mathématiques qui empêchent d’être contrefait et permet à son possesseur d’ajouter un certain nombre des transactions dans la chaîne de blocs répartie, conservées sur les ordinateurs du monde entier. Le détenteur d’un satoshi peut signer seulement une transaction. Le détenteur d’un bitcoin, ou de 100 satoshis, peut, hypothétiquement, signer 100 millions transactions. Sans ce code magique, c’est-à-dire sans satoshi, il est non seulement interdit, mais il n’est pas pratiquement possible d’ajouter les registres dans la chaîne de blocs.

Jusqu’à ce que les 21 millions de bitcoins ne seront pas enregistrés et le minage (ou la génération des nouveaux bitcoins) sera arrêté, les bitcoins nouvellement créés sont distribués par le réseau (principalement comme dans la loterie) aux ordinateurs soutenant le réseau.

Il existe aussi des autres moyens de gagner à la loterie et d’obtenir les bitcoins (à part de minage) : on peut les recevoir comme un cadeau, échanger contre les biens et les services, ou contre la monnaie fiat, ou voler, si le détenteur antérieur a oublié de sécuriser avec le mot de passe super secret.

Dans un instant nous allons discuter la question suivante : pourquoi le pouvoir de signer les transactions dans le réseau possède de la valeur intrinsèque ? Mais tout d’abord il faut dire que le transfert de chaque satoshi d’un utilisateur à l’autre (la transmission du pouvoir de signer) est fixé dans le registre réparti (la chaîne de blocs) comme une transaction. Ainsi, pour transmettre le droit d’effectuer une entrée dans le registre (satoshi), il faudra utiliser (« dépenser ») un de mes satoshis. A partir de ce moment-là, votre droit de « propriété » de pouvoir de signature (la transmission de satoshi), est fixé par des millions d’ordinateurs dans le réseau bitcoin, au moins jusqu’au moment où vous décidez de transmettre votre satoshi à quelqu’un d’autre. Par conséquent, seulement vous (ou quiconque qui peut voler le morceau de code de votre ordinateur, si vous ne l’avez pas bien chiffré) pouvez signer les transactions, renvoyer votre satoshi et le droit de signature à une autre personne. Heureusement, les clients de bitcoin permettent de chiffrer les clés des portefeuilles très facilement.

Pourquoi utiliser les bitcoins pour transmettre le droit de signer ?

Pourquoi je dois renoncer à mon pouvoir de signature pour le transférer à quelqu’un d’autre ? Pour des nombreuses raisons, mais surtout parce que de telle manière on peut garantir la quantité limitée de bitcoins. Si je pouvais vous transmettre le droit de signature sans transmettre la partie de mon propre pouvoir, les bitcoins (le droit de signature) ne seraient plus en quantité limitée. Ils pourraient être dupliqués (et ça veut dire contrefaits).

Sans la pénurie, on ne peut pas assurer l’intégrité du système. Sans la pénurie, les gens pourraient effectuer les transactions frauduleuses. Sans la pénurie, les transactions peuvent être annulée, supprimée ou corrompue d’autre manière.

Les moyens d’usage non standard

Malgré le fait que l’utilisation de la chaîne de blocs, comme un moyen de protestation peut sembler un outil de lutte peu efficace, en réalité ce n’est pas comme ça. Il est à noter que l’information intégrée dans la chaîne de blocs devient automatiquement publique et l’accès public reste pour toujours (ou au moins tant que le réseau de bitcoin existe).  La censure n’est pas appliquée au bitcoin. La notification D.M.C.A. takedown notice va devenir de plus en plus inutile et inefficace. Que l’on soit d’accord ou non, on doit utiliser le bitcoin de telle manière. Cela a été et continuera d’être comme ça. Nier le fait que telle manifestation de liberté de parole, même du contenu répréhensible, a de la valeur intrinsèque, signifie nier les choses évidentes.

Mais ce n’est pas tout. Le registre du bitcoin va presque certainement remplacer des services actuellement offerts par les notaires. Quand le notaire signe le document, il ou elle atteste que : 1) le document existe ; 2) sous une forme particulière ; 3) le droit de propriété et la disposition du document est en possession d’une personne particulière. Mais, néanmoins on a souvent besoin de l’attestation de notaire pour certains documents juridiques importants, ces attestations sont presque inutiles. Après tout, je peux avoir la signature de notaire à la dernière page de testament de mon père, pour substituer la troisième page à l’insu de mon père et de notaire, et changer la somme qui est laissée pour moi de 10,000$ à 100,000$. Et en fait, même si le notaire a lu le document avant de le signer (c’est ce qu’on ne fait pas généralement), après 15-20 ans il (elle) ne pourra pas souvenir avec la certitude quelle somme a été laissée et si la version présentée à la cour corresponde à la version qu’il a signé plusieurs années avant.

Cependant, si j’utilise le registre réparti du bitcoin, je pourrai absolument confirmer à tout moment que le document particulier en ma possession (par exemple, un testament, une illustration ou un contrat) – c’est le même document qui a été créé le jour précis et au moment précis dans le passé, sans révéler le contenu du document ou mes données personnels aux autres utilisateurs, lors de la création du document.

La valeur du tel service peut sembler trivial, mais il ne faut pas le sous-estimer. Par exemple, supposons que le hash d’acte de naissance est introduit dans la chaîne de blocs dès que le nouvel utilisateur est né (soit par un des parents ou par le représentant du gouvernement). A partir de ce moment, en cas de nécessité, l’utilisateur peut prouver avec une certitude absolue où et quand il est né. Est-ce que tel outil serait utile pour le président Obama dans les débats avec ses critiques ? Avec l’aide de l’acte de naissance il aurait pu démontré qu’il est né en août 1961. Bien sûr, le bitcoin n’existait pas à cette époque, mais les futurs présidents ne seront pas si malheureux.

La possibilité d’enregistrer l’information dans la chaîne de blocs permet aux auteurs, inventeurs et artistes de prouver que les certains travaux ou inventions sont créés dans un format particulier, à une heure précise, sans révéler le contenu du travail au public. Ce service aidera à résoudre les litiges en matière de brevets, les litiges sur les droits d’auteur et le plagiat.

Le cadre des officiers de l’état civil peut être remplacé avec l’aide de la chaîne de blocs. Par exemple, pour le moment, l’ICANN (Internet Corporation for Assigned Names and Numbers) sert de registre et de distributeur de domaine, des adresses IP etc. Le bitcoin et les autres crypto-monnaies offrent la possibilité d’enregistrer les noms des domaines avec les méthodes plus équitables, moins chers et en toute liberté de la censure.  Mail il ne s’agit pas seulement de noms des domaines. Le bitcoin peut devenir un registre des actes civils mondial. En effet, il contient toute infrastructure nécessaire permettant de signer un accord de l’achat de biens, de services et de ressources, même parmi les inconnus qui ne se font pas confiance, sur la base peer-to-peer sans être obligé de faire appel aux courtiers, aux distributeurs ou aux autres intermédiaires.

Dans les cas où il est nécessaire la participation des intermédiaires ou de tierces personnes, comme un agent fiduciaire, le bitcoin offre l’infrastructure requise pour que l’agent fiduciaire puisse accepter ou rejeter le transfert, mais en même temps l’agent ne pourra jamais fuir avec les fonds, qui ont été versés pour le stockage.

Ainsi donc, l’acheteur et le vendeur sont protégés en cas de la banqueroute de l’agent fiduciaire. Tel principe d’activité est très différent du service fiduciaire traditionnel, où le risque de la banqueroute et des vols est au moins peu probable.

Et finalement, le bitcoin donne la possibilité d’entrer en toute sécurité dans les contacts répartis de tous les types, et même créer les sociétés autonomes, parfois appelés les sociétés autonomes distribuées (Distributed Autonomous Corporation, DAC).

Que peut-on y gagner ?

Après avoir étudié les méthodes potentielles de l’usage de bitcoin, que pensez-vous, est-ce que le pouvoir de signature des transactions dans le registre du réseau informatique le plus puissant possède de la valeur intrinsèque ?

Prenant en compte le potentiel du développement du bitcoin, pensez-vous que c’est un effet-bulle ? Malgré votre réponse, je pense qu’actuellement chaque personne qui a des connaissances en matière de bitcoin ne va pas mettre en question sa valeur intrinsèque, comme on a fait avant. Le droit inaliénable d’effectuer les transactions dans le réseau informatique le plus puissant, le droit d’envoyer l’information ou les objets virtuels sans censure et anonymement à n’importe quel utilisateur dans le monde entier, est sans doute utile pour la société et, comme les colis magiques, avec le temps sa valeur augmentera à mesure qu’augmente le nombre de personnes utilisant la nouvelle technologie.

Avec un peu plus de développement, le bitcoin a le potentiel de révolutionner des industries entières (les banques, le notariat, les registraires, la vente aux enchères, les services légaux, la commerce, le transfert etc.).

Le bitcoin, c’est une monnaie ?

Pas pour le moment, non. Ce n’est pas à cause de ce que les critiques font souvent des remarques (le manque supposé de la valeur intrinsèque). Le bitcoin ce n’est pas encore une monnaie parce que, à cet étape du développement, c’est une seulement la méthode de réserve de la valeur (qui en plus est volatile). Le bitcoin commence à prendre les caractéristiques de moyen d’échange (en sens que, au cours des douze derniers mois, il est devenu possible d’acheter les biens non financiers), cependant l’utilisation des bitcoins, en tant que le moyen de paiements, augmente tous les trois mois. Le bitcoin a un long chemin à parcourir avant de commencer à fonctionner comme l’unité de compte. Néanmoins, étant donné sa croissance exponentielle constante et les effets de réseau, cela arrivera plus tôt qu’on suppose (peut-être dans 5 ou 10 ans).

Si le développement de bitcoin n’est pas interrompu par l’apparition d’autre concurrent supérieur (c’est de plus en plus peu probable à cause des effets de réseau), le bitcoin est destiné à devenir une monnaie véritable, pour les mêmes raisons que nos colis hypothétiques sont devenus la monnaie. Maintenant, les bitcoins ont de la valeur parce qu’ils sont utiles à des fins spéciales. Mais comme le nombre des gens, qui connaissent le bitcoin et qui savent comment l’utiliser, augmente exponentiellement, la demande de bitcoins va aussi croître exponentiellement. Si prendre en compte l’offre limitée, la loi de l’offre et de la demande dit que le prix du bitcoin doit continuer sa croissance exponentielle (si quelque chose d’imprévu n’arrive pas).

Avec la croissance du prix du bitcoin, le nombre des gens qui s’intéressent au bitcoin augmente. Plus les gens apprennent à utiliser les bitcoins, plus la demande augmente. Aujourd’hui, nombreuses bourses d’échanges en ligne permettent de faciliter l’achat et la vente des bitcoins pour la monnaie fiat. Comme il devient de plus en plus facile de connecter les vendeurs et les acheteurs (grâce aux bourses d’échange mondiales), et comme le nombre des utilisateurs augmente, la liquidité de bitcoin accroît aussi. Cela permet de stabiliser la volatilité du prix, et ensuite d’augmenter l’effectivité du bitcoin en tant que la réserve de valeur et de conduire à une nouvelle hausse du prix.

A ce stade, les spéculateurs et les épargnants sont déjà entrés sur le marché. En fait, au cours de premières années de l’existence de bitcoin, ils ont représenté en grande partie tout le marché. Les gens, qui actuellement ou en future n’auront pas besoin de faire les transactions dans la chaîne de blocs, quand même veulent avoir le droit de le faire. Les gens veulent avoir des bitcoins, car ils voient que les bitcoins ont de la valeur pour les autres, ils sont aisément transférables, et avec le temps cela deviendra encore plus facile.

Les propriétaires des bitcoins ont fait la même chose, ils ont pris la décision de les conserver sans dépenser et vendre. Avec la demande croissante et l’offre limitée, les prix augmentent encore plus puisque le marché se régule. La croissance des prix mène à la publicité et provoque encore plus des utilisateurs d’utiliser cette technologie. Et chaque nouvel utilisateur augmente de façon exponentielle l’utilité de registre de bitcoin grâce aux effets de bitcoin.

Peu à peu, un nombre croissant des compagnies commencent à accepter les bitcoins en tant que le moyen de paiement des biens et des services. Au début, presque toutes les entreprises vont convertir les bitcoins en monnaie fiat, parce qu’elles ne veulent pas courir le risque de perdre l’argent à cause de volatilité du taux de bitcoin et il faut payer les employés et les fournisseurs en monnaie fiat. La vente constante des bitcoins par les compagnies sert d’amortisseur du prix croissant, mais encore volatil, de bitcoin.

Cependant, comme l’adoption du bitcoin continue et le nombre des utilisateurs accroît, les entreprises et les individus qui refusent d’apprendre à utiliser le bitcoin sont désavantagés sur le plan de la concurrence. Même ceux qui résistent, sont forcés d’apprendre en ce qui concerne le bitcoin. Dès qu’ils se familiarisent avec le bitcoin, le prix continuera la croissance exponentielle grâce aux effets de réseau. Néanmoins, quand le point de bascule sera atteint, de plus en plus des fournisseurs et peut être des employés accepteront les paiements en bitcoins. Certains pourraient même le réclamer.

Les entreprises qui acceptent les bitcoins en tant que le moyen de paiement, ne seront plus obligés de les vendre rapidement (au moins pas tous les bitcoins) pour payer les fournisseurs et les employés. A partir de maintenant, ils peuvent plutôt dépenser les bitcoins directement. La capacité de dépenser les bitcoins dans les ventes en gros ainsi qu’au niveau des détaillants et des consommateurs, démontre l’adoption de bitcoin comme un moyen d’échange. Chez les entrepreneurs il y a de moins en moins de raisons d’échanger les bitcoins en monnaie fiat et au contraire (la monnaie fiat peut être nécessaire seulement pour payer les taxes).

Ainsi, le prix du bitcoin exprimé en nombre des biens, des services et des monnaies fiat, continue à augmenter exponentiellement, mais maintenant de la manière plus active car les entreprises ne vendent pas leurs actifs en bitcoin pour payer les employés et les fournisseurs. Après tout, dans 5-10 ans de l’utilisation de bitcoins en tant que le moyen d’échange, le bitcoin deviendra une unité de compte. Presque tous les biens et les services du monde entier seront cotés en bitcoin au lieu de la monnaie fiat.

Quelles sont les menaces pour le bitcoin ?

Plusieurs facteurs auraient pu faire obstacle à l’adoption et au développement du bitcoin de la manière que j’ai décrit au début. Par exemple, la croissance du prix du bitcoin peut être retardée à cause de ses caractéristiques déflationnistes. Dans ce cas, le bitcoin ne servira que de réserve de valeur (dans le meilleur des cas). C’est un argument souvent invoqué par les critiques de bitcoin, mais je ne trouve pas que c’est assez convaincant pour deux raisons importantes.

La première, c’est que les caractéristiques déflationnistes de point de vue historique ne sont pas un obstacle au développement des monnaies. Pendant une bonne partie de l’histoire humaine, la monnaie a toujours mené le bal. Les chercheurs de la tour d‘ivoire peuvent débattre de la question de savoir si la monnaie déflationniste se montre favorable à la croissance économique ou non, mais sur le plan individuel, quelque chose me dit que les gens vont toujours préférer la perspective de la croissance des réserves au lieu des prix. Qu’est-ce que vous en pensez ? Pour la première fois depuis très longtemps, le bitcoin rend possible telle perspective, et en prenant en compte les processus de la globalisation il n’y a rien à faire pour empêcher. Peut-être le bitcoin n’est pas la monnaie idéale de point de vue d’économiste de la tour d’ivoire ou de banquier central, mais pourtant, la popularité de cette monnaie augmente très vite parmi les gens.

La deuxième, c’est que les arguments des économistes contre les monnaies déflationnistes, qui semblent à première vue assez convaincants, n’ont effectivement pas de la base analytique. L’argument principal contre les monnaies déflationnistes est le suivant : si les gens s’attendent à ce qu’avec l’unité de devise donnée ils peuvent acheter plus de biens et des services qu’aujourd’hui, le plus probable qu’ils vont épargner l’argent au lieu de le dépenser. De telle façon «la mouvaise monnaie» chasse «la bonne monnaie», car «la bonne monnaie» est stocké, tandis que «la mouvaise monnaie» circule et devient finalement la seule monnaie.

Cependant, c’est une logique douteuse puisque le prix actuel des biens liquides et populaires comprend l’évolution ultérieure de changement du prix. Comme il a déjà été souligné, si un certain nombre des personnes s’attendent à la croissance du prix du bitcoin dans le futur, sa valeur va augmenter immédiatement. Combien va-t-il augmenter ? La valeur augmentera jusqu’à moment quand le marché sera balancé. Quand la plupart des propriétaires des épargnes seront prêts à se séparer de leurs bitcoins et les acheteurs potentiels pourront obtenir les bitcoins. C’est-à-dire, pour chaque vendeur il y a un acheteur.

La principale conclusion qui resort de cette hypothèse est la suivante: à un moment ou un autre, le marché s’auto régule ( en ce cas, un certain nombre de propriétaires de bitcoin peuvent échanger les épargnes, et les bitcoins reviendrons en circulation).

En un mot, l’idée que le caractère déflationniste de bitcoin empêche d’être utile en tant que la monnaie réelle ( acheter des biens et des services) est tout simplement ridicule. Dans le marché relativement efficace, cela n’est pas possible.

Donc, à mon humble avis, il est très probable que le bitcoin réussisse en tant que le moyen d’échange. Si le bitcoin devient une monnaie ou il reste juste un nouveau type de service financière utilisé dans le commerce, dépendra beaucoup en fin de compte de fonctionnement de bitcoin en tant que l’unité de compte. Même si le bitcoin ne réussira pas, apparaîtra quelque chose très similaire qui va certainement réussir et va perturber le système de service financière, dans lequel les transactions coutent une fortune. A moins que quelque chose supérieure arrive pour interrompre cette trajectoire.

Ils existent les risques de l’apparition des concurrents de bitcoin, mais peu à peu cette probabilité disparaît grâce à l’effet de réseau. Même les « anciens » réseaux tendent à conserver leur effectivité et la stabilité, même après l’apparition des concurrents. Par exemple, nous avons créé l’Internet de zéro, bien sûr nous pourrions certainement améliorer l’infrastructure pour TCP/IP mais le processus sera enlisé pendant un certain temps à cause des effets de réseau.

N’importe quel scénario défavorable, susmentionné avant, est tout à fait possible. Mais si le bitcoin échoue (comme la monnaie ou autre chose), cela ne sera pas à cause de la « manque de la valeur intrinsèque » ou à cause de « l’interdiction de la part du gouvernement » ou à cause de ce que « les gens vont épargner en bitcoin ». La valeur intrinsèque est évidente pour ceux qui ont les yeux ouverts. La structure répartie et globale de bitcoin est résistante (anti-fragile) aux attaques d’établissement (y compris les gouvernements). Et dès qu’il y aura un équilibre entre la demande et l’offre, les bitcoins circuleront activement.

Pas de bulles financières ?

Pas tout à fait. Je ne veux pas dire que le bitcoin est immunisé d’une façon ou d’une autre à des bulles. Ce n’est pas comme ça. Il est possible qu’à un moment donné la valeur du bitcoin dans le marché dépasse la valeur intrinsèque escomptée, et un jour les deux vont imploser. Oui, il est possible. Mais forte volatilité ne va pas arrêter la croissance de bitcoin en ce moment, et il n’y a aucune raison de le supposer à l’avenir.

Ceux qui se sont familiarisés avec le bitcoin dès le débuts de sa croissance, doivent se faire à l’idée que les fluctuations de prix sont violents et telles fluctuations vont continuer jusqu’à moment quand l’échange des bitcoins vers la monnaie fiat et l’emploi de bitcoin dans la commerce électronique deviennent communs.

Conclusion  

Le bitcoin a de la valeur intrinsèque – la valeur intrinsèque extrêmement subversive et disruptive. Il est apparemment anti-fragile. En conséquence, le bitcoin peut devenir une monnaie réelle. Mais, même s’il ne pourra pas réaliser son potentiel en tant que la monnaie, il pourra quand même réussir en tant que le service financier, économisant l’argent des utilisateurs.

 

 

Categories: Bitcoin cours

About Author

Write a Comment

Your e-mail address will not be published.
Required fields are marked*